Dédicace – Uzziel

La Causerie des Chartrons vous propose une rencontre et une dédicace :

Immortel ? Ça vous tente, venez à la rencontre de Jacques Seuilly

 

Le jeudi 29 novembre 2018 à 18 heures 30, nous recevrons Uzziel pour une rencontre et une dédicace.

Fils de Caïn et Démons mécaniquesseront présentés.

La soirée sera animée par Chantal Lafon.

Fils de Caïn :

Jacques Seuilly, banquier, ancien résistant et familier des cercles internationaux de pouvoir, dévoile à un journaliste, Julien Chavar, son étonnante biographie. Il prétend être âgé de plus de sept cents ans et être né en Indre-et-Loire au tout début du XIV° siècle dans une famille de paysans misérables et illettrés. Ses parents, trop pauvres pour le nourrir, le confièrent aux moines bénédictins de l’abbaye

Saint-Pierre de Bourgueil-en-Vallée…

De sa rencontre avec Jean de Dignac, un chevalier templier et Arnand de Cabaret, médecin aristocrate, naîtra l’Ordre des Fils de Caïn, un ordre secret mais philanthropique au service des hommes.

Les Fils de Caïn transcrit les évolutions spirituelles qui influencèrent les doxas des générations successives. C’est une lecture subjective de l’histoire essayant de décoder les signes des temps.

Démons mécaniques :

Démons mécaniques couvre une période historique entre 1800 et 1860. Une période au cours de laquelle Jacques Seuilly noue de singulières relations avec Talleyrand et le tsar Alexandre Ier. Il navigue jusqu’en Californie en passant par le cap Horn, se joint aux insurgés grecs face au pouvoir ottoman, et devient l’esclave de Méhémet Ali,  Al-Wäli d’Egypte (Vice-roi).

A la veille de la guerre de Sécession, en 1860, Jacques Seilly voyage vers New York sur le Léviathan, véritable titan des mers, colossal steamer transatlantique artéfact d’une ère industrielle créatrice de démons mécaniques.

Ce roman fait suite au premier volet des aventures de Jacques Seuilly, Les fils de Caïn.

Photo de Guy OuzielL’auteur

Uzziel, né dans une famille de marchands fut très tôt initié aux affaires. C’était un naïf, d’un tempérament débonnaire qui, au lieu d’une folle violence, avait la douceur de la folie. Aussi bientôt vint la ruine, le déclassement et les galères des jobs insipides. Comme dans l’initiation, l’adversité apporte à celui qui la subit, l’éveil, la faculté de scruter les profondeurs des âmes. Son roman « Les Fils de Caïn » pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses, et ses réponses engendrent toujours des questions.

 

commodo ipsum adipiscing accumsan mi, Nullam fringilla tristique vel, in